Pendant 8 jours, sur un bateau de transport de marchandises, nous avons traversé la forêt amazonienne en remontant le fleuve Amazone de Manaus à Tabatinga. Cette expérience nous a permis de mieux comprendre l'importance de cette biodiversité au niveau local et international. La forêt amazonienne est comme l'appellent les spécialistes "le poumon de notre planète". Elle est l'essaim même d'une faune et d'une flore à la diversité surprenante et indispensable à notre écosystème. Seulement cette richesse fait l'objet de convoitises afin de répondre aux besoins des civilisations les plus développées. La déforestation est causée par la monoculture du soja, de l'huile de palme, l'expansion des pâturages et l’exploitation illégale de bois pour du mobilier. Ce sont ces raisons qui menacent la forêt et qui mettent donc notre environnement naturel en péril.

Pourtant, selon la FAO, il n'est pas nécessaire de couper des arbres pour accroître le commerce agricole avec l’exemple du Costa Rica qui reste un réel modèle dans le développement durable. Le Brésil a décidé d’agir en liant la politique d'agriculture commercial au respect des normes environnementales, permettant ainsi de sauver 270 000 hectares de forêt. Ils ont aussi mis en place un programme « Bolsa Verde » : en échange de ressources à des milliers de familles pauvres, elles doivent maintenir la couverture végétale et assurer la gestion de leurs ressources de manière durable.

Malgré des efforts timides des gouvernements pour lutter contre la déforestation le constat est alarmant pour cette forêt. Selon Greenpeace, entre août 2015 et juillet 2016, 7989km2 d’arbres ont été amputé : un rythme de 859 arbres abattus par minute et au Brésil 80% de la déforestation est liée à la conversion des terres en terres de pâturage. Les chiffres restent conséquents même si nous pouvons remarquer une amélioration et une prise de conscience des pays de la forêt.

L'Amazonie joue un rôle déterminant dans le filtrage des cellules à particules que nous rejetons dans l'air, tandis que l'Amazone est une ressource en eau douce primordiale pour les communautés indigènes avoisinant le fleuve. Il représente à lui seul 20% du volume d'eau douce sur terre. Sa propreté et son respect permettraient d'éviter l'apparition d'un nouveau continent de déchets. Seulement les populations qui naviguent sur le fleuve ne sont pas conscientes de leurs impacts et continuent de jeter un trop grand nombre de déchets dans cette source d'eau. Ne perdons pas espoir, le gouvernement et les associations investissent des moyens financiers et luttent activement en faveur de l'éducation environnementale. Entre 1990 et 2015 la déforestation a chutée de 50% dans la région de l'Amazone. C'est en faisant prendre conscience aux citoyens que la gestion des déchets est primordiale, que la monoculture ne peut remplacer la polyculture et que le développement durable est la clé de l'équité à long terme, que nous préserverons ce joyau de la terre.

Après cette escale dans l’Amazonie pour nous rendre en Colombie, nous avons pu voir la fragilité et la grandeur de sa biodiversité. Nous y retournerons au Pérou à la rencontre de l’association AKU qui s’occupe du développement des villages indigènes.

 

COTÉ PRATIQUE

On a eu beaucoup de mal à avoir des infos sur notre trajet Manaus - Tabatinga donc on va vous expliquer un peu comment ça s'est passé pour nous :

D'abord à l'arrivée à Manaus, nous sommes allés au port pour se renseigner des dates de départ en direction de Tabatinga, les bateaux partent le mercredi, vendredi et samedi. Une fois au port on a essayé de voir directement avec le personnel des bateaux et après plusieurs rencontres et un tour en pirogue on a fini par arriver au bateau pour prendre nos tickets. Comptez 350 reals pour votre trajet (nourriture incluse). Une fois nos billets pris on nous a suggéré de dormir la veille sur le bateau. Pour nous, c'était plus pratique parce qu'on économisait une nuit d'auberge et on pouvait installer nos hamacs là où on le souhaitait (on s'est installés assez loin des toilettes/douches et proche du bord pour avoir une vue de l'amazone). Les hamacs ne sont pas compris dans le prix, il suffisait juste d'aller au marché en face du port pour en acheter pour 35 reals environ. À bord, nous avons voyagé 7 jours avec la compagnie F.B Monteiro pour Tabatinga avec de nombreuses escales dans des villages afin de les approvisionner (parfois l'escale peut durer toute la nuit).

Petit conseil pratique : pensez à prendre des sucreries pour vous changer des repas qui sont les mêmes pendant tout le voyage. Il y en a trois par jour : un petit déjeuner à 6h, un déjeuner à 11h et le dîner à 17h.

Voilà pour les infos générales de ce trajet, si vous avez la chance de traverser l’Amazone comme nous, vous verrez que c'est long mais bon, une traversée de l'Amazonie pendant une semaine en hamac, c'est pas commun.

Piensa Sostenible remercie Allianz Global Assistance sans qui cette traversée de l'Amazonie n'aurait pas été possible.