Malgré de nombreuses idées reçues sur la ville de Bogota, il se trouve que l’essor des initiatives dans le développement durable tendent à donner à la capitale un nouveau souffle. Grâce à des reformes strictes et efficaces de deux maires : Antanas Mockus (1995-1997 et 2001-2004) et Enrique Peñalosa (1998-2001), la ville est devenue un exemple en Amérique Latine. Leurs efforts combinés ont permis à la ville de faire chuter sa criminalité de 42% entre 2000 et 2009.

L’urbanisme a joué un rôle primordial dans cette transition notamment avec la rénovation de quartiers comme la Zona Rosa ou Ricon. Aussi, l’installation de plus de 150km de pistes cyclables et l’instauration du TransMileno avec un réseau de plus de 1500 bus ont permis de proposer des moyens de transports plus écologiques aux Bogotanos avec 1.6 millions d'usagers par jour. Afin de réduire les émissions de gaz, la ville surtaxe aussi les énergies fossiles et proposent un mode de circulation alternée. Mais là où Bogota se donne un air futuriste et plus écologique, c’est dans ses immeubles équipés de jardins verticaux. Le Santalaia en est un exemple concret et impressionnant : il est l’un des plus grands bâtiments équipés d’un jardin vertical au monde avec une surface de 3000m2. Cet édifice ramène de l’oxygène pour pas moins de 3000 personnes par an à la ville et il représente un immeuble écologique parmi tant d’autres dans Bogota.

Nous avons voulu nous renseigner plus sur ce type de jardins verticaux et comment ils fonctionnent. L’immeuble de Santalaia a été conçu grâce à deux entreprises, Paisajamos, propriétaires de cette technologie et Groncol qui a designé et créé l’ensemble de ce jardin. Nous nous sommes rendus au cabinet Groncol pour avoir plus d'informations. Nous avons rencontré Claudio Valcamonico qui est le directeur architecte de ce cabinet. L’entreprise Groncol a été fondé en 2009 et compte aujourd’hui 90 employés. Ils sont à l’origine de plus de 200 projets en Colombie tournés autour de jardins dans des bâtiments comme l’Hôpital Santa Fé, certains hôtels de la ville de Bogota et le Santalaia.

Le processus est classique pour le fonctionnement du Santalaia :

- Propriétaires de fermes, ils cultivent les graines nécessaire aux jardins et les transportent ensuite sur les immeubles en question (il faut savoir que la Colombie possède un climat extrêmement favorable à la culture de ces graines et est un des plus gros exportateur mondial). 

- Les plantes sont plantées sur une épaisseur fixée au mur fabriquée à base de textiles recylclés.

- Pour l'irrigation, ils utilisent l’eau de pluie et les eaux usées qu’ils stockent dans des salles de filtrage.

- Ces eaux sont ensuite réutilisées et envoyées en direction des jardins verticaux grâce à 48 lignes d’irrigation et si elles ne suffisent pas, ils puisent dans les eaux publiques pour satisfaire les besoins en eau de ces jardins.

Bien entendu, un service de l'entreprise se charge de la maintenance hebdomadaire des jardins verticaux.

En général, ils utilisent une grande variété de plantes mais dans le cas de ce bâtiment et pour un soucis d´estéthisme, le client ne souhaitait pas plus de 6 types de plantes. En moyenne on trouve 36 plantes au mètre carré ce qui montre la densité de ce jardin. Après plusieurs explications et photos autour de ce bâtiment que vous trouverez ci-dessous, nous nous sommes interessés sur la viabilité économique de ce genre d'immeuble. Comme nous l'explique Claudio, cette alternative est plus chère mais elle est aussi en accord avec la tendance écologique actuelle mondiale, que ce soit d'un point de vue conscience écologique ou même marketing. Il existe donc un réel intérêt des clients à jouer la carte futuriste et avant gardiste des jardins verticaux d'où le succès naissant de la société Groncol. C'est donc dans un double intérêt qu'évolue cette entreprise avec un souhait d'utiliser l'urbanisme actuel comme un levier de l'écologie mais aussi de se pérenniser dans un monde où l'écologie s'associe avec les nouvelles tendances marketing.

À noter aussi que la société Groncol s'intéresse aux enjeux sociaux avec des projets effectués gratuitement, grâce à l'État, dans 9 prisons en Colombie en équipant ces locaux de jardins sur les toits afin de réduire les températures bien souvent étouffantes dans ces prisons.

Groncol en chiffres c´est :

- Plus de 200 projets

- 350 kilogrammes de particules nocives retenues chaque annee ameliorant ainsi la qualite de l´air. 

- 8000 litres d´eau de pluie utilises pour ses jardins verticaux. 

- 633 tonnes de déchets organiques recyclés en compost. 

Pour plus d´informations, n´hésitez pas à consulter le site de Groncol. Nous tenions à remercier chaleureusement Claudio et l'ensemble du staff de Groncol pour leur accueil et du temps qu'ils ont pris pour répondre à nos questions et ainsi qu´Allianz Voyage pour leur soutien.