En passant plus de 3 semaines dans l'un des pays les plus écologique au monde, on se devait de faire un bilan de leur situation environnementale. Le Costa Rica est le pionnier des énergies vertes en Amérique Centrale. La transition a commencé depuis 1980 lorsque les politiques ont décidé de mener une politique avant- gardiste à propos de l’écologie quand le changement climatique n’était toujours pas considéré comme un enjeu majeur. Des milliards d'euros d'investis et des choix cruciaux ont été pris, comme celui de ne pas avoir d'armée au bénéfice des aides sociales.


La surface du Costa Rica est recouverte à 25% par des réserves ou des parcs naturels. Mais ce qui en fait le troisième pays le plus écologique au monde derrière la Suède et la Norvège c'est sa souveraineté énergétique.
En effet, ce petit d'Amérique centrale bénéficier d'une richesse environnementale très complète. Le pays se situe entre la mer des Caraïbes et l'océan pacifique et détient plusieurs forêts tropicales. On y recense aussi plus d'une centaine de volcans (dont 5 toujours actifs) et des sentiers ou les vents atteignent facilement les 100km. Cette diversité permet au pays de varier les sources d'énergie vertes entre l'éoliens, la biomasse, la géothermie et l'hydraulique. À elles seules en 2015, elles fournissaient 98,7% des énergies du pays, pour arriver à 99,62% deux ans plus tard.
En premier vient l’énergie hydro-électrique, qui fournit 78,26 % des besoins des Costa Ricains, suivie par l’énergie éolienne (10,29 %), géothermique (10,23 %), et enfin la biomasse et le solaire (0,84 %). Ce qui ne requiert que 0,38 % de carburants fossiles.
L'hydraulique est la première source d'énergie verte du pays mais le dérèglement climatique menace la régularité des pluies donc ils utilisent aussi les éoliennes dans les hauteurs du pays pour compenser.


Depuis la plateforme de gestion des énergies à San José, l'objectif est de confiner les différentes sources d'énergie pour ne pas utiliser de combustible fossile.
Mais derrière ces prouesses énergétiques, un problème subsiste. C’est celui de l'éducation environnementale car l'électricité ne représente que 1/4 de la consommation énergétique du pays. Les combustibles fossiles prime dans les embouteillages aux alentours de San José. Pour contrer cette montée de la pollution, la ville est en train de construire un train électrique dans la zone métropolitaine de la capitale. Aussi nous avons eu plusieurs fois, la mauvaise surprise de voir des locaux pas vraiment soucieux de leur gestion des déchets. Après plusieurs échanges, nous avons compris que l’enjeu principal de ce pays se trouve dans l’éducation où une réelle sensibilisation doit être mis en place comme actuellement dans les pays européens. Le Costa Rica propose tant de richesses et de mesures environnementales qu’il est dommage que ce travail soit biaisé par l’ignorance des populations sur l’impact de leurs déchets. Pour rappel, le Costa Rica est pionnier dans la politique écologique et son objectif est clair depuis 2009 : être le premier pays avec la neutralité carbonne et ça pour 2021 même si il est important de noter que cette échéance sera probablement repoussée à 2025

Les investissements massifs dans les énergies vertes n'ont pas permis au costaricien de prendre conscience des enjeux auxquelles nous sommes tous confrontés, notamment en ce qui concerne la gestion des déchets. Dans la mer des Caraïbes et dans l'océan pacifique deux millions de tonnes de déchets flottent, dont l'un est considéré comme le 7eme continent, il représente une superficie de 6 fois la France.
Pour contrer ce fléau qu'est la gestion des déchets, le Costa Rica a annoncé l'arrêt définitif du plastique d'ici 2021. L'objectif de ce nouveau défi est de remplacer l'utilisation du plastique par des matériaux renouvelables.
Pour à faire, le pays aura besoin d'une mobilisation des entreprises et surtout des citoyens.

Malgré l'ignorance des populations locales, des initiatives encourageantes ont vu le jour ces dernières années dans le domaine de l'eco-tourisme. De nouveaux termes émergent comme établissement bioclimatique, éthique ou eco conscient. L’éco-tourisme est centré sur la découverte de la nature tout en adoptant une attitude responsable de l’environnement naturel, des ressources naturelles et des populations. Ce qui en fait une aubaine pour le pays, bénéficier du tourisme tout en mettant en avant les richesses environnementales. Les établissements se diversifient selon leur spécialité, notamment en utilisant des produits alimentaires écologiques pour les restaurants et hôtels, en favorisant la gestion des déchets auprès de leur clientèle, en prônant l'utilisation des énergies renouvelables pour l'électricité, et la récupération des eaux de pluie pour alimenter l'établissement.
C'est pour le moins une solution pour faire perpétuer le tourisme tout en sensibilisant les populations locales qui y travaillent.

 

Nous tenons à remercier Allianz Global Assistance pour leur soutien indispensable. Visitez leur site internet pour davanatge d'informations sur les assurances voyages. 

Nos sources: Le Monde - Konbini - Wedemain - Costa Rica Nature